James Cook, l’homme qui [n’]a [pas] redécouvert le tatouage

Il y a comme un mythe qui colle à la peau du tatouage, un raccourci fâcheux. En Europe, cette pratique aurait « disparu » du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Sa généalogie (que je résume ici grossièrement) irait d’Ötzi aux momies égyptiennes, puis à des « Bretons » évoqués par les Romains, avant de sauter tout droit à 1770. L’excuse est toute trouvée : le Deutéronome interdirait formellement le tatouage (chapitre 19, verset 28 : « Vous ne ferez point d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous n’imprimerez point de figures sur vous » – j’y reviendrai) et le pape Adrien aurait banni le tatouage au VIIIe siècle. « Ce n’est qu’en 1770 que les Européens “redécouvrent” le tatouage, lors des explorations dans le Pacifique Sud avec le capitaine James Cook qui aborde la Polynésie », lit-on dans la page Wikipédia consacrée au sujet. L’histoire du tatouage serait « discontinue », postule Jane Caplan en introduction d’une anthologie d’articles par ailleurs très riche[1]. Depuis 2000 et la parution de cette anthologie en question, nombre d’articles et de travaux sont venus nuancer ce propos. Et pourtant, les raccourcis demeurent[2].

Continuer la lecture de James Cook, l’homme qui [n’]a [pas] redécouvert le tatouage

Madame La Boule, par Oscar Méténier (1889)

  • Titre : Madame La Boule
  • Auteur : Oscar Méténier (1859-1913)
  • Type : Roman
  • Date de publication originale : 1889 (en feuilleton, dans Gil Blas ; chez G. Charpentier et Cie)

Image d’en-tête : Oscar Méténier, Madame La Boule, Paris, Albin Michel, collection “Roman-Succès”, édition illustrée par Ange Supparo. (Collection personnelle)

Continuer la lecture de Madame La Boule, par Oscar Méténier (1889)

Mr Meeson’s Will, par Henry Rider Haggard (1888)

La catégorie “Petite bibliothèque tatouée” est dédiée à l’inventaire des oeuvres de fiction mettant en scène le tatouage féminin. Elle inclut un résumé, une liste des publications de l’oeuvre, une liste des influences identifiées et un résumé des adaptations connues.


  • Titre : Mr Meeson’s Will (titre original) ; Le Testament du Monstre (titre français)
  • Auteur : Henry Rider Haggard (1856-1925)
  • Type : Roman
  • Date de publication originale : 1888 (dans The Illustrated London News) ; 1933 (version française, dans L’Écho de Paris)

Image d’en-tête : H. Rider Haggard, Le Testament du Monstre, La Renaissance du Livre, collection “Le Disque Rouge”, 1933. (Photographie prise à la BiLiPo, Paris)

Continuer la lecture de Mr Meeson’s Will, par Henry Rider Haggard (1888)

Quelles sources pour l’histoire du tatouage féminin ? Quelques observations préalables

Le dictionnaire Larousse définit le tatouage comme « l’introduction par scarification jusqu’au niveau du derme d’un ou de plusieurs colorants formant un dessin bien déterminé », mais aussi comme « marque, inscription, dessin indélébiles pratiqués sur la peau à l’aide piqûres, de colorants ». De fait, lorsque l’on parle de tatouage, c’est l’idée de l’indélébilité qui domine. Si des solutions existent pour retirer un tatouage dès le début du XIXe siècle, voire dès l’invention du tatouage même, elles sont peu efficaces ou n’aboutissent qu’à remplacer le tracé par une marque ou une cicatrice – brûlures, coupures et papier de verre nous viennent immédiatement à l’esprit. Indélébilité, donc, mais cette permanence est toute relative dans le cadre de l’analyse historique. En effet, le tatouage répond à la même contingence que le corps humain dans son ensemble : il est voué à disparaître sans laisser de trace, hors du cadre très spécifique des échantillons de peau conservés dans du formol. Si sa richesse comme lieu d’une écriture de soi est certaine, il s’agit néanmoins, comme l’évoque Philippe Artières, d’une autobiographie « devant l’éphémère »1 – une forme d’écriture de soi qui ne laisse aucune trace physique sur le long terme, comme le font mémoires ou journaux intimes. Dès lors, il est possible de se demander quelles sont les sources disponibles pour son étude.

Continuer la lecture de Quelles sources pour l’histoire du tatouage féminin ? Quelques observations préalables

  1. Philippe Artières (dir.), A fleur de peau. Médecins, tatouages et tatoués, Paris, Allia, 2015 (première édition en 2004), p. 7. []

Introduction : pourquoi étudier l’histoire du tatouage chez les femmes ?

Dans son étude de 2012, Valérie Rolle indiquait que, selon les professionnels du tatouage, 50% à 60% de leur clientèle est composée de femmes1. En 1999, Mattel a célébré le quarantième anniversaire de Barbie en lui donnant, pour la toute première fois, un tatouage2. Durant les dernières décennies, le tatouage s’est grandement banalisé, mais aussi féminisé. Sujet de société, le tatouage est aussi un sujet d’histoire – très largement étudié notamment quand il s’agit des populations masculines. Cependant, le tatouage, imprimé sur le corps de la femme, ne présente-t-il pas des problématiques propres et dignes d’intérêt ?

Continuer la lecture de Introduction : pourquoi étudier l’histoire du tatouage chez les femmes ?

  1. Rolle, Valérie, “L’encrage du genre. Le rôle des professionnel•le•s du tatouage dans le façonnage des corps genrés”, Nouvelles questions féministes, 2012/2, n°31, p. 90. []
  2. Mifflin, Margot, Bodies of Subversion. A Secret History of Women and Tattoo, New York, powerHouse Books, 2013, p. 7. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search