Quelles sources pour l’histoire du tatouage féminin ? Quelques observations préalables

Le dictionnaire Larousse définit le tatouage comme « l’introduction par scarification jusqu’au niveau du derme d’un ou de plusieurs colorants formant un dessin bien déterminé », mais aussi comme « marque, inscription, dessin indélébiles pratiqués sur la peau à l’aide piqûres, de colorants ». De fait, lorsque l’on parle de tatouage, c’est l’idée de l’indélébilité qui domine. Si des solutions existent pour retirer un tatouage dès le début du XIXe siècle, voire dès l’invention du tatouage même, elles sont peu efficaces ou n’aboutissent qu’à remplacer le tracé par une marque ou une cicatrice – brûlures, coupures et papier de verre nous viennent immédiatement à l’esprit. Indélébilité, donc, mais cette permanence est toute relative dans le cadre de l’analyse historique. En effet, le tatouage répond à la même contingence que le corps humain dans son ensemble : il est voué à disparaître sans laisser de trace, hors du cadre très spécifique des échantillons de peau conservés dans du formol. Si sa richesse comme lieu d’une écriture de soi est certaine, il s’agit néanmoins, comme l’évoque Philippe Artières, d’une autobiographie « devant l’éphémère »1 – une forme d’écriture de soi qui ne laisse aucune trace physique sur le long terme, comme le font mémoires ou journaux intimes. Dès lors, il est possible de se demander quelles sont les sources disponibles pour son étude.

Une impossible étude d’ensemble

Une première évidence s’impose : il est impossible d’étudier les pratiques du tatouage sur l’ensemble de la population. Sa pratique n’a laissé ni sondage, ni étude statistique générale, ni même étude statistique de grande ampleur. Cet état de fait découle tout d’abord du cadre dans lequel s’effectue le tatouage aux XIXe et XXe siècles. Lorsqu’il s’agit d’un tatouage effectué par un professionnel, il est réalisé dans un cadre privé d’échange d’argent contre un service – et les archives éventuelles (carnets de rendez-vous, listes, carnets de dessins et de tatouages flash) dépendent intégralement de la volonté du tatoueur et de l’éventuelle conservation dans un cadre privé de papiers initialement dédiés à la gestion d’une entreprise. Aucune obligation de dépôt ou de suivi ne vient encadrer la pratique et sa production d’archives. C’est également le cas des dé-tatoueurs (dermatologues plus ou moins officialisés ou qualifiés, inventeurs en quête de fortune), qui auraient pu permettre un autre accès à la pratique. Lorsqu’il s’agit d’un tatouage « maison », effectué sur soi-même ou par une autre personne hors d’un cadre officialisé d’échange de services, l’existence d’archives paraît, évidemment, plus improbable encore : la pratique est clandestine et intrinsèquement anonyme.

Le second élément à prendre en compte est la conception sociale du tatouage. Encore tabou en Europe à notre époque, il relève d’un acte intime, une écriture de soi qui n’est pas nécessairement vouée à se livrer au regard. Rarement localisé sur des parties immédiatement visibles du corps, il n’apparaît pas ou peu sur les photographies. Du fait de son peu de visibilité, il fait l’objet de nombreuses rumeurs qui révèlent son aura de marginalité et est parfois suspecté par la presse chez les personnalités les plus scandaleuses d’une époque (c’est notamment le cas de Clara Ward, ancienne princesse de Chimay, ou de Jennie Churchill, mère de Winston Churchill). Chez les femmes surtout, il est un détail honteux, associé à la frivolité et à une relation amoureuse passée, caché à tout prix : cette idée se retrouve régulièrement dans la presse, qui évoque le tatouage féminin révélé pour la toute première fois au cours de la nuit de noce et informe le mari que sa nouvelle épouse n’était pas aussi chaste qu’il l’avait imaginé. Dès lors, il est possible de supposer que de nombreux tatouages sont demeurés strictement non-avoués et ont été définitivement perdus au moment du décès de leur porteur.

"Princess Chimay, tattooed in Cairo, in 1899, on the arms, cheeks and lips", in Pat Brooklyn, "Pictures on the Skin. The Experiences of a Society Tattoo Artist", The English illustrated magazine, vol. 29, 1903

« Princess Chimay, tattooed in Cairo, in 1899, on the arms, cheeks and lips », in Pat Brooklyn, « Pictures on the Skin. The Experiences of a Society Tattoo Artist », The English illustrated magazine, vol. 29, 1903. Si Clara Ward, princesse de Chimay, est ici représentée avec un tatouage sur le bras, il est absent de toute autre photographie et ne paraît donc n’être qu’un photomontage.

Dans le cadre du tatouage féminin, l’étude d’ensemble est d’autant plus difficile que nous n’y retrouvons pas les larges pratiques du tatouage de marin et du tatouage militaire. Un manque palpable, dans la mesure où ces formes étaient tant et si bien répandues qu’elles amènent Jérôme Pierrat à avancer que « l’école française du tatouage s’est longtemps développée aux confins du Sahara » et que « comme dans les pays anglo-saxons, le tatouage en France s’est d’abord répandu chez les marins »2. Les femmes échappent également à l’étude de la pratique du tatouage dans les bagnes3 : si, de 1854 à 1907, elles pouvaient être envoyées à Cayenne ou en Nouvelle-Calédonie, elles demeurèrent peu nombreuses face à leurs alter-egos masculins et difficiles à repérer dans les archives4. Dans le cadre de la Grande-Bretagne, les femmes ne représentaient que 20 % des personnes envoyées au Australie jusqu’en 1868, limitant grandement le corpus possible5.

Quelques précautions nécessaires à l’analyse des cas particuliers de tatouages

Dès lors, il apparaît que l’étude du tatouage ne peut se fonder que sur l’étude de cas particuliers ou de populations précises. En effet, l’archive du tatouage ne peut être retrouvée que dans les rares cas de relevés précis du corps humain – les lieux spécifiques dans lesquels le détail est relevé ou célébré. Les XIXe et XXe siècles sont dans ce cas heureusement riches. Philippe Perrot signalait ainsi comment « le signalement anthropométrique (ou bertillonnage), la photographie d’identité, la minutieuse description romanesque, le dessin satirique, la peinture réaliste, pratiquent, chacun dans leur genre, une sémiologie de l’authentification par le détail, de l’identification par le particulier, propre à ce siècle [le XIXe siècle] qui promeut à la fois l’individu et la foule anonyme »6. S’il n’évoquait pas précisément le tatouage dans cette remarque, et que tous les domaines mentionnés ne s’appliquent pas à notre étude, le fondement reste le même.

Il convient cependant de prendre une précaution préalable à l’évocation des groupes concernés par le relevé ou la représentation de tatouages. Nous ne prétendons pas généraliser les situations spécifiques de ces groupes à l’ensemble de la « communauté des femmes tatouées » aux XIXe et XXe siècles, pour la simple mais bonne raison que cette idée de « communauté des tatoués » n’est apparue que très tardivement, et n’englobe toujours pas toutes les pratiques. Cette tentation de la généralisation se retrouve régulièrement dans le cadre des publications sur le sujet du tatouage, qui adoptent souvent la forme de très larges synthèses richement illustrées ou, directement, de livre d’art. Loin de nous l’idée de critiquer cette pratique, cependant. Elle se justifie dans le cadre de ces ouvrages dont le but premier est, bien souvent, de valoriser le tatouage comme forme d’art en ancrant historiquement sa pratique dans ses plus glorieux exemples, et dont le but second est de demeurer visuel – d’où une prédominance des photographies d’art, affiches, tableaux et dessins7. Dans les faits, cependant, il y a autant de types de tatouages que de populations pratiquant le tatouage, voire même que d’individus.

Jardin de Paris. La belle Irène. Paris, 1890.

“Jardin de Paris. La belle Irène”, lithographie en couleur, 1890. Irene Woodward, femme tatouée professionnelle, est un exemple très souvent mobilisé dans l’étude du tatouage féminin pour son aspect spectaculaire.

La seule étude précise possible de l’histoire du tatouage chez les femmes se fait donc au travers de groupes ou d’angles spécifiques. Ils viennent révéler un ensemble de constructions sociales autour du tatouage mais aussi du corps de la femme, point par point, couche de population par couche de population, dans une série de riches études de cas. Dans ce cadre, il convient également de ne pas se limiter aux seuls sources graphiques. Si l’on conçoit le plus souvent le tatouage comme un art visuel, il peut également être saisi au travers de la description. Certes, sa portée artistique inhérente se perd – mais les types de tatouages et leurs localisations peuvent néanmoins être saisis et s’inscrire dans le cadre plus large de l’histoire de la pratique.

Quatre principaux corpus

Dès lors, nous pouvons repérer quatre grands corpus aidant à l’analyse du tatouage. Ils ne sont, bien évidemment, pas exclusifs – mais ils nous semblent les plus importants et les plus parlants.

Dans un premier temps, nous pouvons prendre en compte les pratiques artistiques du tatouage. Par pratiques artistiques, nous entendons à la fois les personnalités ayant fait du tatouage leur métier, principalement dans le cadre de side shows et de cirques, et les représentations du tatouage dans l’art (nous prenons à la fois en compte affiches de cirques, peinture, dessin, cinéma, littérature, chanson…). En effet, ces deux perspectives sont étroitement liées: nous pouvons ainsi mentionner Suleika, la merveille tatouée, peinte et dessinée par Otto Dix entre 1920 et 1922 – sous se pseudonyme se cache l’artiste de cirque américaine Maud Arizona8. Il s’agit des cas les plus emblématiques de tatouages féminins – ils sont notamment largement mobilisés et étudiés par Margot Mifflin dans son ouvrage Bodies of Subversion.

Les archives judiciaires sont également une source précieuse pour l’étude du tatouage. Au fil d’un XIXe siècle obsédé par la question de la récidive, le développement de l’anthropométrie permet « l’identification des malfaiteurs dits « professionnels », habitués à changer de nom pour mieux tromper les tribunaux »9. Il permet aussi, et surtout, une entrée dans l’étude des corps au travers de listes de signes particuliers incluses dans les registres d’écrous et les dossiers de suivi de criminels – des listes dans lesquelles le tatouage joue un rôle tout particulièrement important.

Les ouvrages de médecins hygiénistes et de criminologues, principalement ceux de Parent-Duchâtelet, Lombroso, Lacassagne, le Blond et Lucas nous permettent de compléter habilement ces archives judiciaires au travers de l’analyse « professionnelle » du phénomène-tatouage. La parole des experts nous permet de saisir l’association du tatouage à une maladie, mais aussi du tatouage féminin à une l’idée de la prostitution et du vice, tout le long des XIXe et XXe siècles. Ils témoignent également – évidemment – de l’intérêt des contemporains pour ce phénomène.

Enfin, le rôle central de la presse dans la construction d’un imaginaire social n’est plus à prouver10. Elle nous permet de saisir les principales visions de cette pratique à ces époques, qu’elles soient antérieures à leur propagation par le journal ou le fruit de nouvelles constructions. Nous avons déjà brièvement résumé les principales perspectives que cette analyse nous permet de dégager en introduction de ce blog – il s’agit à la fois d’une association à la prostitution et aux moeurs légères; d’une association au « barbarisme » au travers de mentions des peuplades « primitives » pratiquant le tatouage et d’un acte violent souillant par lui-même le corps de la femme. Ces trois typologies sont développées au travers d’une série de récits, déclinés sous toutes leurs variantes possibles et imaginables dans les presses françaises comme britanniques. Il ne faut pas, non plus, négliger l’importance de l’illustration de presse dans ce corpus et dans cette étude.

Nous reviendrons sur ces corpus dans des articles ultérieurs, afin de les présenter plus en détail et de mieux évoquer leurs spécificités et utilités respectives.

Credit de l’image mise en avant : “Jardin de Paris. La belle Irène”, lithographie en couleur, 1890.

  1. Philippe Artières (dir.), A fleur de peau. Médecins, tatouages et tatoués, Paris, Allia, 2015 (première édition en 2004), p. 7. []
  2. Jérôme Pierrat, « Le tatouage dans l’armée » in Musée du Quai Branly, Tatoueurs, Tatoués, Arles, Actes Sud, 2014, p. 39. []
  3. Voir par exemple le cas des bagnes militaires français chez Dominique Kalifa, Biribi, Paris, Perrin, 2009. []
  4. Sur les femmes au bagne, voir Odile Krakovitch, « Les archives des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie : la sous-série colonies H aux Archives Nationales », Revue d’Histoire du XIXe siècle, n°1, 1985. []
  5. Sur ce sujet, voir particulièrement Robert Hughes, The Fatal Shore : The Epic of Australia’s Founding, New York, Alfred A. Knopf, 1986. []
  6. Philippe Perrot, Le travail des apparences. Le corps féminin. XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Editions du Seuil, 1984, p. 141. []
  7. Cette idée est particulièrement développée dans l’introduction à l’ouvrage de Jane Caplan (dir.), Written on the Body. The Tattoo in European and American History, Londres, Reaktion Books Ltd, 2000. []
  8. Anne & Julien, « Le sideshow en Europe », in Musée du Quai Branly, Tatoueurs, Tatoués, op. cit., p. 66. []
  9. Jean-Claude Farcy, « L’enquête pénale dans la France du XIXe siècle », in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Paris, Creaphis, 2007, p. 30. []
  10. Voir Dominique Kalifa et Alain Vaillant, « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle », Le Temps des médias, 2004/1, n°2, p. 201. Voir également Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/06/2018

    […] dont le sujet m’intéresse beaucoup et j’ai lu avec plaisir le billet explicatif « Quelles sources pour l’histoire du tatouage féminin ? Quelques observations préalables » de Jeanne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.