[Roman] 1888 – Mr Meeson’s Will, par Henry Rider Haggard

La catégorie “Petite bibliothèque tatouée” est dédiée à l’inventaire des oeuvres de fiction mettant en scène le tatouage féminin. Elle inclut un résumé, une liste des publications de l’oeuvre, une liste des influences identifiées et un résumé des adaptations connues.


H. Rider Haggard, Le Testament du Monstre, La Renaissance du Livre, collection "Le Disque Rouge", 1933.

H. Rider Haggard, Le Testament du Monstre, La Renaissance du Livre, collection “Le Disque Rouge”, 1933. (Photographie prise à la BiLiPo, Paris)

  • Titre : Mr Meeson’s Will (titre original) ; Le Testament du Monstre (titre français)
  • Auteur : Henry Rider Haggard (1856-1925)
  • Type : Roman
  • Date de publication originale : 1888 (dans The Illustrated London News) ; 1933 (version française, dans L’Écho de Paris)

Bref historique de la publication et de ses influences directes

Le Testament du Monstre est, initialement, un roman anglophone du titre de Mr Meeson’s Will. Paru dans les Illustrated London News puis, en 1888, dans la maison d’édition Spencer Blackett, il est inhabituel pour un auteur qui s’est surtout illustré par des romans d’aventure et romantique profondément ancrés dans le contexte de l’Empire britannique. Il a fallu attendre 1933 pour qu’il connaisse deux versions françaises : une traduction de Jean Soloma, en 42 livraisons dans L’Écho de Paris du 21 février 1933 au 3 avril 1933, et une traduction de Louis Postiff, dans la collection « Le Disque rouge » de l’éditeur parisien La Renaissance du livre. Les deux sont, par ailleurs, si remarquablement proches dans leurs textes et dans leurs dates de parution qu’elles soulèvent quelques doutes sur leur individualité.

Au moment de sa première apparition en feuilleton, l’ouvrage a entraîné quelques petites polémiques. Puisque la femme tatouée était, encore, un sujet rare en littérature, on a voulu y voir un plagiat d’une nouvelle française, « Le cas de Mlle Suzanne » de Charles Aubert. Cependant, l’histoire de cette dernière se limite à la découverte d’un tatouage sur les fesses d’une jeune femme qui révèle son statut de riche héritière. La préface de l’édition de 1888 clarifie ces rumeurs en indiquant que l’idée de l’intrigue provient d’une question soulevée par les étudiants d’un Queen’s Council sur la légalité théorique d’un testament tatoué — question qu’il aurait prise suffisamment au sérieux pour y rédiger une réponse formelle. La préface rappelle, aussi, que les histoires de tatouage remontent à la nuit des temps, tout comme la pratique elle-même. Pour ce, elle utilise l’exemple de Histée, qui, vers 499 avant notre ère, aurait organisé la révolte de l’Ionie sous les ordres d’Aristogoras : il lui aurait transmis un message en tatouant la tête d’un esclave, puis en laissant ses cheveux repousser, avant de le lui renvoyer avec pour instruction de le raser. De fait, le tatouage est partie intégrante de nombreux contes et récits parce qu’il est, par nature, une écriture foisonnante de sens : il est évoqué ici comme « écrit dans l’écrit ».

Résumé d’une œuvre romantico-légale

Mr Meeson déchirant son testament

M. Mison déchirant son testament. H. R. Haggard, Mr Meeson’s Will, Londres, Spencer Blackett, 1888 (édition illustrée par Amédée Forrestier et Georges Montbard, illustration issue de visualhaggard.org)

À Birmingham, un éditeur peu scrupuleux du nom de M. Mison (nom français) est visité par une autrice du nom du Margaret Smithers. Margaret s’est illustrée avec un roman intitulé Le Serment de Jemima, mais son contrat ne lui donnait droit qu’à une somme dérisoire. Le succès a cependant largement dépassé celui qui avait été anticipé et, afin de sauver sa sœur malade, elle supplie l’éditeur de revoir sa paye — il refuse. Le neveu de M. Mison, Henry, a assisté à la scène. Touché par la jeune femme, il s’offusque et est déshérité. Les choses vont de mal en pis puisque, alors que Henry commençait à développer des sentiments pour Margaret, la sœur meurt. Elle décide de quitter définitivement Birmingham pour aller refaire sa vie en Nouvelle-Zélande.

Elle embarque à bord d’un navire, le Kangourou, mais le hasard veut qu’elle y rencontre à nouveau M. Mison. Un autre hasard veut que le navire percute un bateau de pêche et fasse naufrage. Margaret, M. Mison, un jeune enfant et deux marins se retrouvent, seuls, sur une île déserte. C’est à ce moment que M. Mison se sent mourir. Dans cette fin misérable, une chose l’accable plus encore que les autres : avoir déshérité son neveu, son seul parent. Une solution se présente cependant d’elle-même. Bill, l’un des marins, porte ses manches relevées jusqu’au coude, révélant des tatouages qu’il a exécutés sur lui-même : « bateau, ancre et drapeau, au milieu desquels on disait, en lettres minuscules, le nom de : Bill ». Pourquoi ne pas tatouer le testament ? Bill est enthousiaste et annonce avoir vu « quelques arêtes bien sèches qui feraient parfaitement l’affaire », ainsi qu’une sèche, de laquelle il se propose d’extraire la poche d’encre pour cet office. Le second marin refuse cependant de servir de support à ce testament, tout comme M. Mison, qui s’indigne à l’idée d’être tatoué « comme un sauvage ». C’est alors que l’on propose de tatouer l’enfant que Margaret offre sa propre peau comme support. L’épreuve à peine achevée, M. Mison décède, puis les deux marins qui chutent d’une falaise alors qu’ils étaient  ivres et en train de se battre.

Le tatouage de Augusta.

Le tatouage de Margaret. H. R. Haggard, Mr Meeson’s Will, Londres, Spencer Blackett, 1888 (édition illustrée par Amédée Forrestier et Georges Montbard, illustration issue de visualhaggard.org)

Par miracle, Margaret et l’enfant, derniers survivants, sont secourus. Ils reviennent en Angleterre, où le testament miraculeux est révélé à Henry, le neveu précédemment déshérité au profit de deux collaborateurs de l’éditeur. Margaret lui déclare « le document vous appartient, monsieur Mison » – et ils s’embrassent, avant d’entamer la laborieuse opération de reconnaissance de l’héritage. Il est encore temps de contester l’attribution de la fortune de l’éditeur — le tatouage de Margaret doit cependant être admis comme document légal. Il est enregistré comme pièce juridique et photographié. À cette occasion, Margaret devient, en quelque sorte, le document, qu’elle présente systématiquement dans une robe décolletée, même si l’on s’attend presque à ce que, convertie à la vie sur une île de l’océan Pacifique, elle se déshabille comme une « sauvage ». Les photographies sont évidemment vendues une fortune à la presse, et, le jour auquel elle doit se présenter à la cour, c’est face à une salle comble. Les difficultés ne s’arrêtent pas là : on l’accuse notamment d’avoir exercé une « influence illicite » sur le testeur, on se demande si elle peut être témoin de la signature d’un document qu’elle incarne elle-même. On en vient même à lui demander si elle n’a pas fait tout cela simplement pour épouser Henry, occasion à laquelle elle déclare : « Je vous ferai même remarquer qu’un tel tatouage n’est point fait pour augmenter ses charmes ». L’ensemble se solde — évidemment — par une victoire pour Henry et pour Margaret, qui se marient peu après et vivent dans une remarquable aisance grâce au « testament du monstre ».

La réception du Testament du Monstre

Ce roman a connu un certain succès, surtout dans sa version anglophone, même s’il n’a pas atteint la popularité d’autres œuvres de Haggard. Son sujet incongru de testament-tatouage l’a transformé en point de référence pour les cas de testaments surprenants — et ce dès 1893, alors que plusieurs organes de presse rapportent l’anecdote d’un certain Monecho, au Mexique, découvert mort chez lui, ses dernières volontés tatouées sur sa propre poitrine à l’aide de pigments rouges1. En 1912, la découverte d’une sombre histoire d’espionnage en Allemagne, durant laquelle une femme aurait été tatouée des plans d’une forteresse pour mieux transporter discrètement le document, rappelle l’intrigue du roman pour quelques organes de presse américaine2. De façon générale, cette intrigue est régulièrement évoquée comme exemple de testament improbable ou, tout du moins, original3. C’est ainsi que, en 1925, l’affaire d’un testament rédigé sur un jupon à Los Angeles est pris comme opportunité pour faire amplement référence au Testament du Monstre, même s’il n’est absolument pas question de tatouage.

“Wrote His Will on the Nurse’s Petticoat”, The San Francisco Examiner, 9 août 1925.

Il a aussi été adapté deux fois au cinéma en un temps record, dans deux films muets. La première fois, c’est en 1915, sous le titre de Mr Meeson’s Will, réalisé par Frederick Sullivan et sous l’égide de la maison de production Thanhouser Company – Florence La Badie y joue le rôle principal (Augusta Smithers dans la version originale), tandis que Justus D. Barnes incarne l’éditeur véreux et Bert Delaney le neveu du « monstre ». En 1916, Bluebird (parfois écrit Blue Bird) Photoplays, une succursale de Universal, produit une seconde adaptation sous le titre de The Grasp of Greed, réalisée par Joseph de Grasse. L’affiche du film, tout particulièrement marquante, est l’œuvre d’un certain Burton Rice. Louise Lovely y incarne le rôle principal (l’autrice y est cette fois-ci dénommée Alice Gordon), tandis que Jay Belasco incarne le neveu et C. Norman Hammond le « monstre ». Les deux films ne sont guère évoqués dans la presse après 1916, même si les critiques ont été à peu près favorables4. Le statut de conservation du premier film est actuellement inconnu (d’après Silent Era), tandis qu’au moins une copie partielle de The Grasp of Greed fait partie des collections du George Eastman Museum de Rochester, New York.

Burton Rice, affiche pour The Grasp of Greed, Bluebird Photoplays, 1916, issu de Movie Picture World, juillet 1916 (consultable sur archive.org)

Editions

  • The Illustrated London News, juin 1888 (illustrée par Amédée Forrestier et Georges Montbard),
  • Londres, Spencer Blackett, 1888 (illustrée par Amédée Forrestier et Georges Montbard, consultable sur archive.org),
  • New York, Pollard & Moss, 1888, (illustrée par Philip G. Cusachs),
  • Toronto, Rose Publishing Company, 1888 (consultable sur archive.org),
  • Londres, Green and Co., 1921, (réédition de la version de Spencer Blackett, Londres, 1888),
  • L’Écho de Paris, de février à avril 1933 (traduction par Jean Soloma, consultable sur retronews.fr),
  • Paris, La Renaissance du Livre, collection « Le Disque Rouge », 1933 (traduction par Louis Postiff, consultable à la Bibliothèque des littératures policières, Paris),
  • New York, Arno Press, 1976 (réédition de la version de Spencer Blackett, Londres, 1888, partiellement consultable sur archive.org).
  1. « A Novelty in Human Documents », Birmingham Daily Post, 1er mai 1893, p. 5. []
  2. Voir pour exemple « Tattooed for Her Traitor Lover », Nashville Tennessee and the Nashville American, 21 janvier 1912, p. 1. []
  3. Voir pour exemple “Among the Papers. Eccentricities of Wills”, The Leavenworth Weekly Times, 30 avril 1914, p. 4; ou encore une publicité pour la “Mercantile trust & Deposit co. of Baltimore” parue dans The Baltimore Sun, 11 janvier 1927, p. 15. []
  4. Philip Leibfried, Rudyard Kipling and Sir Henry Rider Haggard on Screen, Stage, Radio and Television, McFarland, 2015, pp. 151-152. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Samuel dit :

    Le site Silent Era est généralement fiable (d’après mon expérience, en tout cas !) pour ce qui est de l’existence ou non de copies de films muets. Et cela va dans le sens du billet pour les deux films : état inconnu pour le premier, présence d’une copie à la George Eastman House pour le second.

    https://www.silentera.com/PSFL/data/M/MisterMeesonsWill1915.html

    • Jeanne Barnicaud dit :

      Merci beaucoup ! C’est mis à jour avec les entrées des deux films. Il serait dommage de ne pas mentionner un si gros travail d’inventaire… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.