Madame La Boule, par Oscar Méténier (1889)

Couverture de l'édition de 1911 de Madame La Boule d'Oscar Méténier

Oscar Méténier, Madame La Boule, Paris, Albin Michel, collection « Roman-Succès », édition illustrée par Ange Supparo. (Collection personnelle)

  • Titre : Madame La Boule
  • Auteur : Oscar Méténier (1859-1913)
  • Type : Roman
  • Date de publication originale : 1889 (en feuilleton, dans Gil Blas ; chez G. Charpentier et Cie)

L’intrigue

Jeanne Rousselet, quatorze ans, abusée par son père et orpheline de mère, se réfugie chez son voisin, Jules Gardette dit « La Boule », dix-neuf ans. Ils vivent une courte idylle durant laquelle Jeanne devient chanteuse de café-concert. Le bonheur touche cependant à sa fin lorsque l’innocence proclamée du père jette le doute sur l’honnêteté de la fille. Bannie de la scène, elle est aussi séparée de La Boule : il a été blessé dans une rixe après avoir défendu l’honneur de Jeanne, puis envoyé en prison pour coups et blessures. Seule, démunie, elle rencontre à point nommé Louis Dupré, un honnête homme avec un peu d’argent, qui la recueille et l’aime chastement. Ce bonheur est cependant, lui aussi, bref : le père porte plainte pour détournement de mineure et, même s’il est enfin privé de ses droits familiaux, Jeanne est confiée à sa tante, chez qui elle vit misérable et harcelée par son oncle.
Évidemment, lorsque La Boule sort de la Santé, Jeanne s’empresse de le rejoindre. Elle veut faire sa vie avec lui et se faire pardonner son aventure avec Dupré – alors elle passe une nuit avec ce dernier pour mieux lui voler son argent. Le petit pécule leur permet de s’installer dans un débit de boisson, où se trouve aussi La Viande, un ancien détenu, et son amie La Collignon. La Viande dévoile le tatouage qu’il a fait à La Boule : « À Jeanne pour la vie » en lettres bleues, sous un cœur percé d’une flèche et au-dessus d’un haltère et de deux poids. Puisque c’est une preuve d’engagement « plus solide qu’un papier de mariage », Jeanne décide d’être tatouée d’un « À La Boule pour la vie ». Les voilà unis pour le meilleur et pour le pire.

Extrait de l'édition de 1911 de Madame La Boule d'Oscar Méténier

La Boule et Jeanne Rousselet. Oscar Méténier, Madame La Boule, Paris, Albin Michel, collection « Roman-Succès », édition illustrée par Ange Supparo. (Collection personnelle)

Mais l’argent volé ne pouvait suffire éternellement, ils sont bientôt ruinés. La Collignon propose à Jeanne de devenir, comme elle, une prostituée, et elle fait ses débuts près d’une caserne de la rue du Temple. Coup de chance, elle y rencontre un vieillard qui se fait surnommer « Mon oncle » – il est connu pour avoir lancé plusieurs centaines de femmes. Voilà Jeanne installée dans un meublé, sous la protection d’une souteneuse, Mme Legaillard : toutes les conditions sont réunies pour qu’elle devienne une véritable « cocotte ». Mais elle est retenue par deux points cruciaux : son tatouage, qui la marque comme une fille de rue, et son attachement à La Boule, petite frappe peu raffinée. Elle ne peut s’empêcher de comparer son homme à Théodore, le « bon ami » de sa voisine – et collègue – Aline. Son impression est confirmée par une autre « fille », Raphaële, qui se scandalise du tatouage (« Oh ! l’animal ! Si c’est permis d’abîmer une femme comme ça ») et lui offre un peu de réconfort saphique. Elle en vient même à haïr La Boule lorsque celui-ci éclate dans une violente crise de jalousie contre Raphaële – elle se venge en se rapprochant de Théodore en l’absence d’Aline.
Grâce à Théodore, Jeanne a l’opportunité de remonter sur scène, étape après tout inévitable de la vie d’une demi-mondaine modèle. La précarité de sa situation se fait cependant sentir, soulignée par Mme Legaillard, qui découvre le tatouage et l’enjoint à se séparer définitivement de La Boule. D’ailleurs, Jeanne est fatiguée de l’omniprésence de tous ces individus – La Boule, Legaillard, Théodore ; qui tous profitent d’elle. À son grand bonheur, « Mon oncle » lui présente un général, Grandisson, qui lui propose de devenir sa maîtresse et lui offre un logis sur les Champs. Théodore sent faiblir son emprise, la fait chanter en menaçant de révéler son « mariage » avec La Boule au général. Jeanne, dépitée, se réconforte dans les bras d’un polytechnicien.
C’est Aline qui la libère du joug de Théodore : elle les aperçoit ensemble et, folle de jalousie, brûle le visage de son ancien « bon ami » au tisonnier. Ainsi défiguré, il est plus facilement repoussé par Jeanne, qui est aussi débarrassée de La Boule par Grandisson : il l’a pris pour un malfrat et l’a dénoncé à la police. Cependant, encore une fois, l’espoir est bref. Théodore adresse une lettre au général, y déclare que Jeanne et La Boule sont amants et qu’il en aura la preuve en regardant son bras. Elle est abandonnée de tous, mais heureuse dans son meublé sur les Champs, et assez bien avec ses économies. Et puis un article paraît dans la presse, qui raconte l’histoire de « La Femme tatouée ». Jeanne est sifflée sur scène, rejetée par le polytechnicien, traitée comme une moins-que-rien aux procès d’Aline et de La Boule. Elle se réfugie auprès de la seule personne qui lui reste : Louis Dupré, qui lui pardonne ses écarts.
Un an plus tard, La Boule sort de prison et lui envoie une lettre pour lui demander de l’attendre au débit de boisson où elle s’est faite tatouer ses vœux d’amour. Puisqu’elle ne vient pas, il vient la chercher dans le magasin qu’elle tient avec Louis. La situation dégénère, il l’étrangle. À la police qui vient se saisir de lui, il montre le tatouage et clame qu’elle était, après tout, sa femme et qu’elle l’a trahi.

A l’origine de Madame La Boule

Page promotionnelle Gil Blas

Ensemble d’illustrations de Jean-Louis Forain pour promouvoir la première livraison de Madame La Boule dans Gil Blas, le 14 juillet 1889. (Consultable sur Gallica)

Madame La Boule, « roman de mœurs parisiennes », est un récit naturaliste qui incarne à merveille les intérêts de son auteur, Oscar Méténier. Ce dernier, après une brève carrière comme secrétaire au commissariat de la Tour Saint-Jacques, a mis les bas-fonds de Paris à l’honneur dans ses romans comme dans ses pièces de théâtre, avec des thématiques aussi variées que La Lutte pour l’amour, études d’argot (roman de 1891), Casque d’Or (drame de 1902) et Notre-Dame de la Butte, mœurs montmartroises (drame de 1907). Dans Madame La Boule, il s’attache à une illustration de la prostitution, des origines jusqu’à la déchéance supposément inévitable. La visée est presque documentaire, et pour cause : Oscar Méténier veut faire figure de spécialiste. « Nul mieux que lui ne connaît les dessous de Paris et ne pouvait dépeindre les étapes par lesquelles passe son héroïne, une fille du peuple livrée à elle-même dès le bas-âge, victime jusqu’à la fin de la promiscuité de ses premiers ans », indique ainsi Gil Blas dans sa campagne publicitaire précédent la parution feuilleton. En 1892, l’auteur précise même qu’il « a vu, dans le bureau du commissaire, les scènes qu’il décrit, l’enfant violée par son père. Il s’est demandé ce qu’allait devenir sous cette fatalité terrible l’enfant ainsi perdue ; et il a écrit Madame la Boule ». L’ouvrage paraît en 78 livraisons dans Gil Blas, du 14 juillet 1889 au 10 octobre de la même année. Dès le 4 décembre, il est édité par la Librairie Charpentier avec un tel succès que, « dans la première journée, les deux premiers mille » auraient été enlevés – pour Gil Blas (ou pour la personne en charge de la promotion de l’ouvrage), c’est le signe que « la publication de ce livre sera […] l’événement littéraire de cette fin de saison ».
Et pour cause, la thématique est à la mode. Madame La Boule, c’est l’un de ces romans « de fille » qui font florès dans la seconde moitié du XIXe siècle1. Il en emprunte tous les passages obligés, du long récit d’une vie maudite dès les premiers instants à l’inévitable fin tragique, en passant par l’épisode saphique, les emportements colériques de l’héroïne « déviante » et une tendance au catalogage des « hauts-lieux » de la prostitution parisienne. Mais il y ajoute une attention toute particulière à un phénomène que l’on commence alors à remarquer : celui des tatouages des prostituées, qui auraient adopté cette manie au contact des délinquants, des criminels et des marins. C’est d’ailleurs l’une des originalités de ce roman : il s’intéresse à la « fille de rue », ordinairement personnage de second plan, et en dresse le portrait naturaliste, tatouage compris. « Il est fréquent, au dire des médecins, de voir des demoiselles porter sur la peau des actes de mariage que ne déchire aucun divorce », lit-on dans le journal Paris à propos de ce roman – et cet « acte de mariage » est autant une déclaration qu’elles regretteront sentimentalement qu’une marque de « mauvais goût », un nom inscrit qui sera un jour accompagnée de l’explication « Sois pas jaloux, mignon, c’était mon homme, mais il a été guillotiné ». Jeanne, et avec elle les femmes tatouées des faubourgs parisiens, perdraient dès lors toute perspective de futur, quel qu’il soit – mariage, vie rangée, vie de fille entretenue, etc. Le tatouage serait une marque infamante, une forme de flétrissure, un élément de l’inévitable déchéance – même si celle-ci est abrégée par un dénouement digne « d’une pièce vertueuse du Gymnase », selon Goncourt, et empêche la description soigneuse de la « vérole » et de la « pourriture »2, à la Nana de Zola.

La postérité

Intérieur de Madame la Boule, edition de 1911

Oscar Méténier, Madame La Boule, Paris, Albin Michel, collection « Roman-Succès », édition illustrée par Ange Supparo. (Collection personnelle)

Première parution en feuilleton, seconde en livre, aussitôt sorti aussitôt épuisé – dans un premier temps, Madame La Boule a semblé suivre la trajectoire habituelle des romans d’auteurs réputés à son époque. Cependant, dès janvier 1890, l’ouvrage est a priori interdit par la censure russe : c’est le début d’une longue série d’interrogations sur la moralité de son contenu. De même, en mars, il est cité comme exemple de tolérance pour les textes immoraux dans un procès pour outrage aux bonnes mœurs visant le roman Sous-Off de Lucien Descaves.
Qu’importe – une réputation tendancieuse, ça fait vendre. A partir du 23 août 1891, Madame La Boule reparaît en feuilleton dans le Supplément littéraire de La Lanterne. Le 5 mars 1892, cependant, le Parquet de la Seine fait saisir les cinquante-six derniers numéros du journal, en somme tout le texte déjà paru. La mesure, qualifiée d’« inexplicable », fait naître des soupçons d’un « excès de pudibondisme » de la part des forces de l’ordre. En réalité, un certain « Alfred Delarue » aurait porté plainte après avoir été outré par le récit – La Lanterne doute tant de l’existence de cet « honnête père de famille » qu’elle offre 100 francs de récompense à qui pourra attester de son existence. C’est le début de l’affaire « Madame La Boule ». En avril, la 9e Chambre correctionnelle condamne ainsi le Supplément de La Lanterne pour outrage aux mœurs selon la loi du 2 août 1882 – Oscar Méténier, l’auteur, Eugène Mayer, le directeur-administrateur de la société propriétaire du journal, Maurice Drack, rédacteur en chef du Supplément et Paul Genay, gérant, reçoivent chacun une amende de 500 francs. Le feuilleton se poursuit malgré tout, profitant du même coup d’une confortable campagne de publicité.
En juin 1892, l’affaire ressurgit en appel. La loi de 1882 condamne les délits d’outrages aux mœurs sans établir de définition claire de cette notion. Pour l’avocat du journal, Madame La Boule ne saurait être concerné – c’est une œuvre « documentée », qui montre « la fatalité de la misère saisissant dès l’enfance la pauvre fille des faubourgs, née, élevée, pervertie inconsciemment dans la promiscuité de l’étroite chambre où vit toute la famille ». C’est même une œuvre saine, qui provoque chez le lecteur une « impression triste, un besoin de justice sociale plus équitable : la conviction qu’il y a là un mal auquel il faut porter remède ». Par ailleurs, il serait injuste de condamner une œuvre déjà parue dans Gil Blas, chez Charpentier et disponible dans les boutiques de gares de la maison Hachette. Fin novembre, cependant, le jugement est maintenu. Quelques mois plus tard, Le Mercure de France enfonce le clou en listant Madame La Boule dans sa liste des « Vingt-cinq plus mauvais livre » de tous les temps.
Petit à petit, le texte sombre dans l’oubli. Quelques derniers sursauts surviennent cependant, probablement dus au sulfureux du texte et à la carrière de Méténier comme auteur dramatique. En décembre 1896, on évoque ainsi une adaptation du texte au théâtre en quatre actes et six tableaux (« Chez les Carmineau », « Les Fortifs », « Le Concert du Globe », « Chez M. Théodore », « Rue Marbeuf » et « Les Fiançailles ») – elle ne voit jamais le jour, même si on l’annonce d’abord dans un théâtre des boulevards avec Jeanne Granier dans le rôle-titre, puis au Vaudeville avec Réjane, puis aux Variétés avec, encore, Jeanne Granier. En juin 1900, pour la dernière fois, ce projet est annoncé au théâtre Antoine – on lui préfère finalement une adaptation de « Boule de Suif » en comédie, qui voit le jour en mai 1902.
Madame La Boule reparaît en feuilleton dans le Journal de Paris à partir de décembre 1901 – cette fois-ci, pas de scandale majeur. Le souvenir de l’affaire persévère néanmoins et fait de ce texte une œuvre importante d’Oscar Méténier, évoquée pour illustrer les quartiers miséreux de Paris, ou pour étayer le portrait de l’auteur. En 1911, il connaît sa dernière édition chez Albin Michel, dans une collection « Roman-succès »  à 0,95 centimes : la couverture, par Ange Supparo, fait la part belle au tatouage de Jeanne. On y retrouve des compliments adressés à l’auteur par Edmond de Goncourt, Huysmans, Sarcey et Daudet, que Méténier avait cités lors des procès pour outrage afin d’attester de la qualité scientifique de son œuvre. Mais Madame La Boule demeure scabreux. En 1920, Chichinette, personnage du feuilleton Courtisane de Marc Sangatte, en possède un exemplaire ; un article de La Presse dédié aux romans « sur la femme déchue » le mentionne aux côtés de la Maison Tellier de Maupassant et de l’inévitable Nana de Zola. Enfin, en 1932, un bref article de Paris-Soir dépeint le boulevard Beaumarchais où « Oscar Méténier situa l’action d’un chef-d’œuvre, pillé sans cesse, Madame La Boule » – avant qu’il ne tombe encore plus profondément dans l’oubli.

Éditions

  • Gil Blas (de juillet à octobre 1889, consultable sur Gallica).
  • G. Charpentier et Cie, Paris (1890, consultable sur Gallica).
  • Supplément littéraire de La Lanterne (d’août 1891 à mai 1892, consultable sur Gallica).
  • Le Journal de Paris (à partir de décembre 1901).
  • Albin Michel, Paris, collection « Roman-Succès » (circa 1911 d’après Romans-Revue : guide de lectures, illustré par Ange Supparo).
  1. Voir pour exemple Marjorie Rousseau-Minier, Des filles sans joie. Le roman de la prostituée dans la seconde moitié du XIXᵉ siècle, Genève, Librairie Droz, collection « Histoire des idées et critique littéraire », 2018. []
  2. Lettre de Goncourt à Méténier, décembre 1889, d’après la copie de l’original figurant dans une lettre de Méténier à Goncourt, B. N. naf 22470, f° 159. Cité dans René-Pierre Colin, Zola, renégats et alliés. La République naturaliste, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1988, disponible sur Openedition (page consultée le 30/03/20). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search