Introduction : pourquoi étudier l’histoire du tatouage chez les femmes ?

Dans son étude de 2012, Valérie Rolle indiquait que, selon les professionnels du tatouage, 50% à 60% de leur clientèle est composée de femmes1. En 1999, Mattel a célébré le quarantième anniversaire de Barbie en lui donnant, pour la toute première fois, un tatouage2. Durant les dernières décennies, le tatouage s’est grandement banalisé, mais aussi féminisé. Sujet de société, le tatouage est aussi un sujet d’histoire – très largement étudié notamment quand il s’agit des populations masculines. Cependant, le tatouage, imprimé sur le corps de la femme, ne présente-t-il pas des problématiques propres et dignes d’intérêt ?

Un (bref) retour sur l’histoire du tatouage

Dans un premier temps, il convient de revenir brièvement sur l’histoire générale du tatouage. La pratique en est attestée depuis approximativement 3 500-3 000 av. J-C, en raison de la découverte de la momie de Ötzi dans les Alpes italo-autrichiennes. L’analyse récente de deux momies pré-dynastiques du British Museum, date entre 3351 et 3017 av. J-C les premiers tatouages figuratifs, mais également le premier tatouage attesté sur une femme3. En Europe, il est durablement marqué par un tabou : le Lévitique (19-28) instruit notamment « Vous ne ferez pas d’incision dans le corps pour un mort et vous ne vous ferez pas de tatouage »4, même si la pratique du tatouage persiste, sous le nom de “piquage”, de façon inégale et souvent ambigüe5.

Parkinson, Sydney, Dessin d'un chef maori, A journal of a voyage to the South Seas. Londres, 1784.

Parkinson, Sydney, Dessin d’un chef maori, A journal of a voyage to the South Seas. Londres, 1784.

La « redécouverte » du tatouage par les Européens remonte à 1770, au cours des explorations de James Cook dans le Pacifique Sud6. Le terme « tattoo » est utilisé pour la première fois par le docteur Berchon, traducteur du second voyage de l’explorateur, et correspond au terme polynésien « tatau ». Cette re-découverte vient, sur le long terme, associer durablement le tatouage à une pratique étrangère7, mais aussi au voyage. Au fil des siècles suivant, il devient profondément associé au monde militaire et surtout aux marins: dans ces milieux clos et prompts à la naissance d’étroites communautés, il devient la “marque d’une initiation” et “constitue la trace, conservée, d’un passage”8.

L’association systématique du tatouage aux milieux criminels est probablement, quant à elle, à attribuer au moins partiellement au marquage de ces derniers par la justice : cette méthode est attestée jusqu’en 1832 en France (sous le nom de flétrissure)9 et jusqu’en 1879 en Angleterre (où les soldats déserteurs étaient marqués d’un D pour Desertion ou BC pour Bad Character)10. S’il ne s’agit pas exactement de tatouage, les deux pratiques sont suffisamment proches pour avoir été confondues. Elles visaient principalement à reconnaître les récidivistes et à placer au ban de la société, surtout dans le cas des déserteurs. Ces marquages forcés ont vu un avatar plus contemporain dans le numéro de “classification administrative” nazi. Ils ont également sûrement influencé la large pratique du tatouage dans le milieu criminel, la ré-appropriation dans le but de “braver l’autorité”11 se doublant à une “écriture de soi” qui trouve ses racines dans une pratique collective, mais aussi dans le fait que c’est, “pour celui qui ne maîtrise pas l’écriture, l’unique récit possible”12.

Alcazar d'été. Enna et Franck de Burgh, l'homme et la femme tattooed, Paris, 1886.

Alcazar d’été. Emma et Franck de Burgh, l’homme et la femme tattooed, Paris, 1886.

Enfin, les milieux des “side shows” et “freak shows” américains ont développé une culture parallèle du tatouage, célébré comme curiosité de la nature. Des personnalités telles que James F. O’Connell ou encore Nora Hildebrandt se sont forgées une carrière au XIXe siècle autour de nombreux tatouages. Elles les justifiaient notamment par des histoires d’enlèvements par des indigènes qui les auraient contraintes à se tatouer. Ce type de récit garantissait le succès par l’attrait pour l’inconnu, mais aussi par une exploitation des mythes fondateurs des Etats-Unis et de la conquête de l’Ouest13. Certains ont poursuivi leurs tournées à succès jusqu’en Europe.

Quelles spécificités par rapport à l’histoire du tatouage chez les hommes ?

“Le tatouage est au contraire très répandu encore dans certains milieux […]. Le sexe masculin occupe la première place, marins, militaires (surtout ceux qui vont aux colonies), forgerons, prisonniers, sont généralement tatoués. Il n’est guère de circonstances où il soit donné d’observer de nombreux cas de tatouages chez la femme. C’est, en effet, dans ce sexe, un indice néfaste pour la moralité du sujet14

“Avant d’épouser un comte italien, de le perdre après cinq ans de mariage, de mener ensuite une vie de frivolité, de noces, de festins et de se faire tatouer pour plaire à un amant de fort basse catégorie, la comtesse tatouée s’appelait Ella Poore et menait, dans une petite ville du Middlewest, la plus américaine, c’est-à-dire la plus pure des existences. Jetée par ambition et par goût du plaisir dans la “grande vie” européenne, elle vide jusqu’à la lie la coupe de toutes les voluptés”15

“- Mais, du reste, tatoué ou non, c’est affreux, ce dessin sur le bras.
Oui, au fait, personne encore n’y avait pensé. Ce mot fit l’apaisement, puisqu’on s’accorde toujours pour décider de la laideur d’autrui.
– Quelle nationalité, la dame tatouée? […]
– Langage difficile à comprendre, monsieur. Pays sauvage.
Sur quoi notre Français conclut, avec une résignation mélancolique: “Alors, la mode du tatouage est certaine pour l’an prochain, à Paris.”. Car il ne faut pas s’y tromper, nous vivons sous l’influence, sous l’empire des Barbares.””16

En deux médecins et deux articles de presse, les caractéristiques principales du tatouage chez les femmes de la première moitié du XXe siècle sont résumées : voilà dessiné le portrait d’une pratique par nature hideuse et masculine, qui ne saurait se concevoir que dans le cadre d’un manque de moralité, de l’influence d’un homme criminel ou “vulgaire”, ou, pire encore, de l’influence néfaste de peuples “barbares” sur des femmes vertueuses érigées en victimes. Si le Larousse définit le tatouage comme “marque, inscription, dessin indélébiles pratiqués sur la peau à l’aide de piqûres, de colorants”, cette pratique est, par nature, chargée de sens. En s’attaquant à la peau, elle se rend visible de tous. En étant indélébile, elle entache durablement un corps féminin que l’on conçoit comme pur et vierge. Loin de la glorification virile du tatouage de marin, il l’évoque néanmoins nécessairement et rend le tatouage de la femme difficile à comprendre pour son époque.

Police Magazine, 9 août 1931.

Police Magazine, “Femmes tatouées“, 9 août 1931.

Certes, certaines pratiques sont parallèles : la femme tatouée du XIXe participe également à une écriture d’elle-même lorsqu’elle choisit de commémorer d’une pierre tombale le décès de proches – il devient alors un “memento à usage personnel”17. D’autres révèlent cependant des rapports d’oppression et de domination, notamment dans le cadre du phénomène des femmes arméniennes fuyant le génocide en Syrie dans les années 1920 : contraintes à la prostitution, leurs visages et bras ont été tatoués par leurs souteneurs pour empêcher toute évasion18. D’autres révèlent également une attention particulière au corps et un jeu avec les critères de la beauté : c’est le cas des prostituées qui, au cours du XIXe siècle, se sont parfois faites tatouer des grains de beauté supplémentaires pour mieux plaire au client19.

Mais surtout, la femme tatouée devient, naturellement, transgressive, et incarne les angoisses de son temps. En introduction du deuxième volume de  l’Histoire du corps, Alain Corbin souligne ainsi le fait que “les manières de se maquiller, de se peindre, voire de se tatouer – au besoin de se mutiler – et de se vêtir sont autant de signes du genre, de la classe d’âge, du statut social ou de la prétention d’y accéder. La transgression même dit l’emprise du contexte social et idéologique”20. Ce carnet propose donc d’étudier comment c’est l’image même du corps de la femme qui se révèle au travers de l’angle du tatouage, ainsi que les carcans qui lui sont alors imposés par la société.

Credit de l’image mise en avant : Rabier, Benjamin, “Les femmes tatouées“, Caricatures et dessins humoristiques, 1902.

  1. Rolle, Valérie, “L’encrage du genre. Le rôle des professionnel•le•s du tatouage dans le façonnage des corps genrés”, Nouvelles questions féministes, 2012/2, n°31, p. 90. []
  2. Mifflin, Margot, Bodies of Subversion. A Secret History of Women and Tattoo, New York, powerHouse Books, 2013, p. 7. []
  3. “Natural mummies from Predynastic Egypt reveal the world’s earliest figural tattoos”, Journal of Archaeological Science, 2018. []
  4. Viguier, Emma, “Corps-dissident, Corps-défendant. Le tatouage, une « peau de résistance” », Amnis, 2010, n°9. []
  5. Voir notamment Jane Caplan (dir.), Written on the Body. The Tattoo in European and American History, Londres, Reaktion Books, 2000, qui réunit quelques travaux fondamentaux en la matière. []
  6. Cette “redécouverte” n’est que partielle – elle tient plutôt d’un gain en visibilité de la pratique et de l’ajout d’une nouvelle dimension au mythe, voir notamment Anna Felicity Friedman, « The Cook Myth: Common Tattoo History Debunked », Medium, 5 avril 2014. []
  7. Caplan, Jane (dir.), Written on the Body. The Tattoo in European and American History, Londres, Reaktion Books Ltd., 2000, p. XV. []
  8. Réverzy, Eléonore, “Corps marqués, corps publics : étiquettes, emblèmes, tatouages”, Romantismes, 2012/1, n°155, p. 27. []
  9. Anne et Julien (dir.), Tatoueurs, tatoués, Arles, Actes Sud, 2014, p. 38. []
  10. The Editors of Encyclopaedia Britannica, “Branding », Encyclopaedia Britannica []
  11. Anne et Julien (dir.), op. cit., p. 38. []
  12. Artières, Philippe (dir.), A fleur de peau. Médecins, tatouages et tatoués, Paris, Allia, 2015., p. 8. []
  13. Braunberger, Christine, “Revolting Bodies : The Monster Beauty of Tattooed Women », NWSA Journal, 2000/2, n°12, p. 8-9. []
  14. Le Blond, Albert et Lucas, Arthur, Du tatouage chez les prostituées, Paris, Société d’éditions scientifiques, 1899, p.16-17. []
  15. “Hors de France. Une satyre américaine : “la comtesse tatouée””, Journal des débats politiques et littéraires, 21 novembre 1924, p.3. []
  16. “Elégances”, La vie parisienne, 8 mai 1926, p.395. []
  17. Réverzy, Eléonore, op. cit., p. 32. []
  18. Anne et Julien (dir.), Tatoueurs, tatoués, op. cit., p. 38. Ce phénomène a été notamment couvert par la Police Gazette en 1931. []
  19. Corbin, Alain, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion, collection “Champs Histoire”, 1978 (édition de 2015), p. 291. []
  20. Corbin, Alain (dir.), Histoire du corps 2. De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Editions du seuil, 2005, p. 8. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/05/2018

    […] brièvement résumé les principales perspectives que cette analyse nous permet de dégager en introduction de ce blog – il s’agit à la fois d’une association à la prostitution et aux moeurs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.